Nos activités

L'orchestre

La musique dans le milieu protestant du temps de la Réforme

Depuis Martin Luther (1483-1546) qui, désirant que les fidèles (re)prennent part aux offices par le chant et trouvant le chant grégorien trop difficile, arrangea et adapta des oeuvres de provenances diverses : cantiques populaires moyen-âgeux ou même chants profanes avec paroles réadaptées, le déroulement des assemblées des églises revivalistes d’émanation protestante donne une grande importance au chant d’ensemble. Les églises noires américaines ont, elles-aussi, accentué cette spécificité en lui donnant un côté festif qui s'adapte bien à l’esprit de la foi évangélique.
Le chant, ensemble a donc la caractéristique de rester actuel en permanence afin de « coller » à la vie quotidienne des fidèles et aussi afin de véhiculer le message de l’évangile dans un vecteur toujours actuel dans le monde séculier.

La place de la musique à l'église évangélique

A sa naissance, l’Eglise évangélique de Pentecôte, est une assemblée comptant peu de musiciens; c'est souvent l’épouse du pasteur, qui apprend le piano pour soutenir son mari dans le moment des chants et pour éviter que les cantiques soient entonnés dans une tonalité difficile pour les participants.
Depuis, l’enseignement de la musique s’étant démocratisé, de nombreux fidèles savent jouer d’un instrument et participent ainsi (le plus bibliquement possible) à la communion par le chant.
La composition/rédaction des chants se vulgarise aussi en permanence et de nombreux compositeurs créent des chants sur des styles actuels, les paroles restant souvent très proches des textes bibliques (ce sont souvent des citations ou des paraphrases).

A Narbonne, seul le piano a longtemps accompagné les chants, c’est en 1977 à l'occasion d'un mariage que le premier groupe se constitue (piano, violon, saxophone, batterie et guitare électrique).
Depuis, en fonction des circonstances (mutations, formation, vieillissement, études) et des niveaux musicaux des musiciens, le groupe de musiciens est fourni mais en permanence, « géométriquement variable ».

L'état d’esprit du groupe étant que la musique n’est jamais une prestation, un spectacle; elle sert le chant de l’auditoire, elle en fait partie.
Les musiciens ne sont pas là pour être écoutés, mais pour que tous chantent mieux. Cette disposition permet, en même temps, la formation des musiciens; de nombreux enfants ou musiciens débutants ont appris à maîtriser leur instrument au sein du groupe; les plus aguerris transmettant les ficelles du « métier » aux autres. Ainsi, le groupe, sa musique et sa sonorité se renouvellent en permanence.